LE PROFILAGE GESTUEL

 

Les mains accrochées au pupitre

Se priver de ses mains dans une prise de parole en public c’est prendre le risque d’altérer la qualité de sa communication. Les mains qui accompagnent les paroles renforcent l’impact de la communication. Elles captent l’attention de ceux qui écoutent et aident à mémoriser ce qui est dit.

Accrochées au pupitre… Les mains s’accrochent naturellement à des pseudo-mains courantes quand le taux de trac ou d’anxiété du locuteur est à son maximum. Si les mains sont posées sur les bords du pupitre bras en pattes d’araignée, celui-ci n’est pas aussi à l’aise qu’il y paraît. Les bras en patte d’araignée révèlent un besoin d’affirmer son autorité de manière plutôt agressive.

Pour mémoire, les mains sont le siège symbolique de la communication en psycho-anatomie. 

L'index qui dit tout haut ce qu'elle pense tout bas...

L’index « Omerta » est ce doigt qui vient se poser sur les lèvres pour mimer l’idée de se taire. Et force est de constater qu’il devient urgent pour CB de dépasser le stade du jeu de mime. S’il y a à redire sur sa communication non-verbale, comme chez bon nombre de nos politiques, en matière de com’ verbale, rien à faire, elle est recalée. Pour le choix des mots, décidément, elle a tout faux.

Mais revenons à notre index Omerta. Comme la plupart du temps en matière de gestuel, la droite n’est pas la gauche. Certes un constat qui ne se limite pas aux frontières du non-verbal. Dans le vocabulaire de la psycho-anatomie en Programmation Neuro-Gestuelle, l’index droit est le siège symbolique de l’affirmation de soi, de l’autorité, de l’image paternelle. Là où son alter ego, l’index gauche, abrite l’image maternelle, la vocation, mais aussi la possession et la jalousie. Et alors ? Que dire de cet index collé sur des lèvres serrées ?

L’index Omerta gauche révèle chez celui qui le reproduit à l’envi son envie de posséder au sens large du terme. Derrière cet index se cache un rêve, celui de déposséder l’autre. L’index gauche n’entre pas en contact avec les lèvres pour respecter un temps de parole mais pour préparer les arguments qui lui permettront de satisfaire son ambition. 

A l’instar des mots, il y a des gestes qui tuent…

La poignée de main de "malvenue"

Fuyante et molle, broyeuse, courte, moyenne ou interminable, les poignées de mains de bienvenue ne le sont pas toujours. Elles en disent long sur l’individu auquel vous avez affaire. Ce premier contact est une véritable transmission énergétique. A travers cet échange tactile, vous transférez votre potentiel énergétique à l’autre ou vous refusez de lui accorder cette marque d’estime.

Une poignée de mains peut vous faire gagner un temps précieux en vous évitant un entretien stérile et des désillusions. C’est une clé qui ouvre ou ferme une porte dès le premier contact, pour autant que vous y prêtiez l’attention nécessaire et suffisante.

A l’instant même où elle m’a serré la main, j’ai failli faire demi tour et rentrer chez moi, malgré les embouteillages et la pluie. Mais la tentation a été plus forte. Je me devais de corroborer la personnalité cachée derrière cette poignée de main en bec de canard apathique.

Comme dans la chanson, elle a mauvaise réputation. Cette poignée de main hautement déplaisante vous signale que vous n’êtes pas le, ou la, bienvenu(e). Votre interlocuteur ne vous tient pas en haute estime. Que du contraire. Il est méprisant et ne s’en cache pas. Cette tactique de rejet d’entrée de jeu est aussi une manière d’amener l’autre à abattre ses cartes. Si celles-ci lui sourient, il peut changer d’attitude à votre égard à l’instant même. Mais comme l’hypocrisie reste son hobby favori, il n’hésitera pas non plus à vous plumer de son bec aplati.               

Savoir sur le bout des doigts... 

« Toucher du doigt, mettre le doigt sur, savoir sur le bout des doigts… » les expressions sont nombreuses pour évoquer l’intelligence digitale.

Mais saviez-vous qu’en psycho-anatomie la pulpes des doigts est associée à l’empathie - cette sensibilité intuitive de vos sentiments qui vous permet de ressentir ce que ressent l’autre -, mais aussi à la compassion, de part leur niveau de sensibilité qui ne vous aura pas échappé. Alors que dire de ce geste que vous avez mainte fois observé ? L’empathie n’est pas au rendez-vous ? Disons qu’elle tourne en circuit fermé. Dans ces cas là, cela ne s’appelle plus vraiment de l’empathie…

Les pulpes scotchées les unes aux autres, paumes écartées, sont souvent là pour souligner un discours sans fond qui cherche à donner le change. Elles vous informent avec doigté que la personne qui reproduit cette posture ne maîtrise pas vraiment son sujet... sur le bout des doigts

L'ancrage dorsal des doigts

Cette séquence gestuelle observée à plusieurs reprises et dans différents contextes chez François Hollande, est ce que nous appelons dans le jargon de la Programmation Neuro-Gestuelle un « ancrage » des doigts. Le Président retient l’index, le majeur et l’annulaire de la main gauche dans sa main droite, ses bras sont cachés dans le dos. Selon la symbolique psycho-anatomique l’ancrage de ces trois doigts pourrait se traduire verbalement par « j’essaie de m’investir pour posséder ». Un ancrage observable chez les sujets au tempérament velléitaire. « Essayer » tant sur le plan verbal que gestuel, n’est pas synonyme de s’impliquer. 

Si les mains sont le siège de la communication, les doigts sont source de créativité. Quand ils sont immobilisés par l’une ou l’autre main, le message non verbal se traduit par le refus d’une remise en question ou la fuite devant la nécessité d’un dialogue, ce qui revient au même. La polémique, la dialectique, la discussion ou la confrontation des idées sont toutes des formes de dialogues créatifs. Le sujet qui reproduit cette séquence gestuelle dans un contexte d’échange interpersonnel signale qu’il est prêt à vous prêter une oreille inattentive. Vous pouvez parlementer à votre gré, il ne cherchera pas à vous contredire, ni à vous interrompre.

Il y a une différence entre l’ancrage des doigts en mode ventral et l’ancrage en mode dorsal. Le ventral sera moins sectaire ou oppositionnel que le dorsal. Il n’en reste pas moins que les doigts ancrés dans le dos sont des doigts qui se cachent et des mains qui refusent de communiquer. Et communiquer avec son corps, ça s’apprend… 

Extrait du dossier sur François Hollande réalisé pour Le Point N°... du 07 Novembre 2013 

© 2011 Agence Web - Tours (37)